PAC1

 

Jeudi 23 Juillet : Arrivée à 8h au CHU. Les éleveurs de bétail avaient bloqué les entrées nord et sud de Poitiers, il a fallu rusé, et on a tellement bien rusé qu'on avait 1/2 heure d'avance.

9h : entrée au bloc pour la pose du PAC (que je considère comme un kit mains libres) sous anesthésie locale. On ne voit rien (champs opératoires sur le torse et la tête) , on ne sent rien ou presque. Deux incisions : une au niveau du cou  pour passer le tuyau et une au niveau de la clavicule pour implanter la capsule. On a la tête penchée sur le côté afin de ne pas gêner le chirurgien et on est content de la remettre droite 3/4 d'heure après.

aiguille-chirurgicale-huber-ailette-69674-102433

 

 

Quelques points de suture et l'aiguille de huber est directement piquée perpendiculairement dans la capsule, prête à servir. Un pansement sur chaque incision et un sctoch sur le petit tuyau de l'aiguille de huber qui sort du pansement près de la clavicule.

 

Retour dans la chambre, prise de sang par l'intermédiaire du tuyau sortant et injection de la pré-médication puis de la chimio toujours par le même tuyau. Super on ne sent rien, les mains sont libres de tourner les pages du livre, d'écrire ......., bref,  LIBRES !!!!!

L'après-midi toujours par le même tuyau introduction des anti-corps après la polaramine qui me fait dormir.

Quand tout cela est fini, petit bouchon au bout du tuyau et je rentre en permission à la maison avec consigne d'être au CHU à 8h30 le lendemain matin.

Vendredi 24 Juillet : 8h10, arrivée au CHU. La chambre que j'occupais la veille a été attribuée à quelqu'un d'autre bien que vide à ce moment là. On nous dirige en salle d'attente. Et là, on voit arriver en salle d'attente tous les patients un peu étonnés comme nous. Il y a plus de patients que de chambres !!!!!!

Je ne sais pas comment ils ont résolu le problème, mais un long moment après on m'a demandé d'aller dans la chambre ... que j'avais la veille. Va comprendre Charles !!!!!!!

A 10 h , on vient me brancher la pré-médication et la chimio. A 11h30 c'est fini, on m'enlève l'aiguille de huber, et retour à la maison.

Au revoir, à dans 4 semaines.

L'intérêt du kit mains libres, en dehors de son aspect pratique et confortable, c'est que les perfusions sont beaucoup plus rapides. Le débit peut être très largement augmenté car la veine réceptrice est plus grosse que celle du bras.

Samedi 25 Juillet : un peu barbouillée, je mange assez léger et je suis fatiguée. L'infirmière à domicile vient pour le pansement. Tout va bien de ce côté.

Dimanche 26 Juillet : Nauséeuse toute la journée, fatiguée. A part le petit déjeuner je ne mange rien de solide, que du liquide sous forme de thé ou de tisane.

Lundi 27 Juillet : Un peu barbouillée, je mange léger encore fatiguée. Infirmière de nouveau pour le pansement et RAS.

Mardi 28 Juillet : Je me sens bien, j'ai mangé presque normalement ce midi. Les désagréments sont derrière moi.

Demain mercredi . Infirmière pour le pansement, la prise de sang hebdomadaire et la 1ère piqûre de GRANOCYTES (sur 5) comme d'habitude.

Vendredi : On enlève les fils si tout va bien.

On recommence le 20 et le 21 Août.